• Je pars, ma vie est trop maussade
    Je pars j’ai laissé une feuille incrustée de mots sales
    Je pars laissez-moi donc ma douleur
    Je pars pour un monde fait de lumière et de couleurs
    Je pars, j’ai déjà fait mes valises
    Je pars car nos modes de vies d’ici me scandalisent
    Je pars car le ciel est bas et gris
    Les vieux n’ont plus d’sagesse, ils sont racistes et aigris
    Je pars, je m’envole vers le rire des enfants
    Je pars même s’ils m’en veulent j’ai trop souffert dans mes tourments
    Je pars la vie m’transperce de part en part
    Je pars car faut être fort et j’ai perdu mes remparts
    Je pars, y’aura ni promesses ni nouvelles
    Je pars, fallait du cran, j’ai activé la manivelle
    Par un beau matin je pars je laisse le flambeau
    Je trouverai mon Abyssinie, moi l’Arthur Rimbaud

    J’veux juste un chapeau de paille, une plage et un transat
    Oublier les charters, les aéroports dans lesquels on transite
    J’veux des nuits douces au ciel étoilé, scruter la galaxie
    Ici y’a pas d’laxisme, on bosse jusqu’à la cataplexie
    J’veux manger du riz au curry et des mangues juteuses
    J’veux pas d’leur vache folle qui rit à la fièvre aphteuse
    Et puis ce soleil qui tannerait ma peau luisante sous la pommade
    Ici on m’appelle « Negro », y’a pas d’place pour nos peaux mates
    J’veux qu’mes pommettes, mes zygomatiques s’échauffent toute l’année
    L’ami ! Les choses qu’ils promettent ? Être condamné à glaner
    Sur sample de guitare sèche, j’veux des gens simples et des sourires
    Ici c’est rare qu’on nous supporte, qu’on ouvre les portes et les serrures
    Alors viens, rentre dans mon monde
    Viens retrouver colombe mon cœur mort sous les décombres

    Embrassez-moi, je suis pour l’amour et la paix
    Le 28 août à DC j’ai fait le rêve de l’appel
    La peine ma vrai nature, je vis avec
    Comme l’orphelin du monde, l’enfant seul, le reste avec
    J’vis dans ces rues tristes, le matin hivernal
    J’suis enfermé dans l’enfer et pour moi c’est infernal
    Amenez la joie dans mes ténèbres, apocalypse de mes tourments
    J’ai l’impression d’être au tournant que les personnes autour me mentent
    Venez mourir ! Comme les vagues de la plage
    Venez donc lire, le vague à l’âme de mes pages
    Les palmiers sont courbés comme des vieillards
    Les bords de mer sont devenus de tristes dépotoirs
    L’érosion a mis à nu les mornes à rhum
    L’Abyssin a condamné tous les chemins qui mènent à Rome
    Ma musique s’exprime comme une sodade
    Les notes et les mots se mettent debout comme des soldats !

    Je pars, parti pour la vie
    Je pars, viens avec moi si t’as envie
    Je pars pour la saison des pluies
    Je pars, hier demain et aujourd’hui
    Je pars, parti pour la vie
    Je pars, viens avec moi si t’as envie
    Je pars, pour un rayon d’ombre
    Viens retrouver colombe mon cœur mort sous les décombres.

    "Je Pars" de Gaël Faye, extrait de son album "Pili Pili sur un Croissant au Beurre" disponible le 4 février 2013


    votre commentaire
  • Staff Benda Bilili est un groupe originaire de Kinshasa en République Démocratique du Congo.
    Le groupe est composé de personnes handicapées (la plupart sont atteints de polio). Les membres du groupe se déplacent en fauteuil roulant et vivent dans la rue, entourés par les shegués (enfants vagabonds).

    En 2009 un long-métrage a été consacré au groupe, Benda Bilili!, présenté au Festival de Cannes 2010.
    J'ai vu le film avant de partir et il est vraiment bien, il montre un certain visage de la capitale et une force de vivre du groupe !


    votre commentaire
  • Komm hol das Lasso raus, wir spielen Cowboy und Indianer.
    Wir reiten um die Wette, ohne Rast und ohne Ziel.
    Hast du mich umzingelt, werd ich mich ergeben,
    stell mich an den Marterpfahl, komm hol das Lasso raus,
    so wie beim ersten Mal.

    So wie ein Cowboy in der Einsamkeit, auf seiner Suche nach Geborgenheit,
    reite ich immer weiter gegen den Wind, so lange bis ich endlich bei dir bin,
    für dich ist mir kein Weg zu weit, bei dir vergesse ich die Zeit, nun bin ich da und ich hör nur wie du sagst:

    Komm hol das Lasso raus, wir spielen Cowboy und Indianer.
    Wir reiten um die Wette, ohne Rast und ohne Ziel.
    Hast du mich umzingelt, werd ich mich ergeben,
    stell mich an den Marterpfahl, komm hol das Lasso raus, so wie beim ersten
    Mal.

    So wie ein Cowboy in der fremden Stadt, in der die Angst noch einen Namen hat, bin wie besessen auf der Suche nach dir, jede Gefahr nehme ich ins Visier,
    für dich ist mir kein Weg zu weit, bei dir vergesse ich die Zeit, nun bin ich da und hör nur wie du sagst:

    Komm hol das Lasso raus..............3x ....2 nur Ryth


    votre commentaire
  • Ah enfin ! J'avais cette chanson en tête que je voulais trouver mais pas le titre, seulement vaguement les paroles du refrain : "Floor ... Down down down..." J'ai tenté Google puis je me suis dis qu'elle devait encore passer à la radio parce que je l'entend souvent en boite, donc je me suis farci les top 10 de Fun radio, Nrj et Skyrock et toujours, puis je me suis vaguement souvenu d'autre paroles "She hit the floor" et j'ai enfin trouvé. J'ai aussi trouvé que les paroles que je pensais être "down" étaient en fait "low", alors oui je risquais pas de trouver

    Donc même si je viens de passer plus 1h30 à chercher cette musique sur Internet (et par conséquent de gaspiller mon aprem), je suis contente. Et je vous fais partager cette musique que je suis sure vous allez kiffer (allez un peu d'humour que diable !)

    Voici donc une musique de la BO de Step Up 2, un film hautement intellectuel !

    Je voulais vous mettre que la bande son mais je sais pas comment on fait alors vous avez la chance d'avoir la video, bande de veinards !


    votre commentaire
  • J'ai tout mangé le chocolat
    J'ai tout fumé les Craven A
    Et comme t'étais toujours pas là, j'ai tout vidé le rhum coca
    J'ai tout démonté tes tableaux
    J'ai tout découpé tes rideaux
    Tout déchiré tes belles photos que tu cachais dans ton bureau
    Fallait pas m' quitter, tu vois
    Il est beau le résultat
    Je fais rien que des bêtises, des bêtises quand t'es pas là
    J'ai tout démonté le bahut
    J'ai tout bien étalé la glue
    Comme t'étais toujours pas revenu, j'ai tout haché menu menu
    J'ai tout brûlé le beau tapis
    J'ai tout scié les pieds du lit
    Tout décousu tes beaux habits, et mis le feu à la penderie

    Fallait pas m' quitter, tu vois
    Il est beau le résultat
    Je fais rien que des bêtises, des bêtises quand t'es pas là
    Fallait pas casser mon cœur
    M' laisser sans baby-sitter
    Je fais rien que des bêtises, des bêtises quand mes yeux pleurent

    J'ai tout renversé les poubelles
    J'ai tout pilé la belle vaisselle
    Attends c'est pas tout à fait tout, aussi dépensé tous tes sous

    Je fais rien que des bêtises, des bêtises quand t'es pas là

    Je fais rien que des bêtises, des bêtises quand mes yeux pleurent
    Fallait pas m' quitter tu vois
    Il est beau le résultat
    Je fais rien que des bêtises, des bêtises quand t'es pas là
    Fallait pas casser mon cœur
    M' laisser sans baby-sitter


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique